VISITE D’ATELIER Juin 2020

Je vous invite à visiter mon atelier à travers l’objectif et l’œil créatif de mon ami Jérôme Tijou, photographe.
Regards croisés, matières revisitées, mise en perspective de mon lieu de vie et de travail… partage.
Partage que j’espère aussi plus concret en vous recevant in situ quand vous le souhaiterez ! Un simple coup de fil ou courriel et vous aurez droit à une visite privée pour découvrir ou redécouvrir mon travail avec le feutre de lin, mes dernières peintures, dessins et pastels. Vous pourrez farfouiller dans mes tiroirs, cartons et recoins de l’atelier et poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit.
Vous pourrez essayer mes colliers, feuilleter mes livres, caresser le feutre de lin, cette belle matière que j’ai fait mienne depuis 20 ans déjà et aussi faire le tour du jardin en picorant au passage cerises et framboises !
Je serai heureuse d’échanger avec vous, avec toutes les précautions d’usage en cette période encore troublée.

à bientôt, le plaisir de vous rencontrer !

FRAGMENTS Médiathèque Gérard Thirion à Laxou

C’est en 2000, pour une exposition collective à laquelle je participais dans cette Médiathèque, « Papier… mais presque », que j’ai eu l’occasion d’expérimenter ce matériau, le feutre végétal. 20 ans déjà !
De cette rencontre intime avec cette matière qui semble rescapée d’une civilisation archaïque, j’ai fait ressurgir une sorte d’archéologie réinventée qui a nourri différentes séries : Les simulacres de livres, les reliquaires pour objets incertains, les parures, les végétales, les abris d’infortune…
Toutes ces thématiques font écho à une mémoire collective ancestrale s’entrecroisant avec ma trajectoire personnelle en miroir avec une actualité bien réelle.
Gardant en perspective la même thématique, j’ai eu envie cette fois, d’aller au plus près du paysage.
Inspirée par la formidable diversité des lichens qui prolifèrent sous toutes latitudes, dans les déserts brûlants comme dans les pays de glace et … les jardins de Laxou, une botanique de signes est apparue, composant un vocabulaire.
Une nouvelle écriture se dessine.
Ombre et lumière s’inscrivent dans l’espace, les vides se jouent des pleins et le regard s’insinue pour recomposer un paysage, aux couleurs de l’automne, blancs comme neige ou ponctués de vermillon, indigo, garance, vert printemps…
Les livres recueillent quelques spécimens sur des pages volantes.
Quelques fragments se font parures, les cosses, promesses de renouveau.

Ici, avant, ailleurs… L’invisible prend forme.

C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche… pour paraphraser le peintre Pierre Soulages.