POUR AINSI DIRE

Exposition à la Douëra

2 rue du Lion d’Or

54220 MALZEVILLE

du 3 au 25 avril 2021

Pour ainsi dire…
Ces temps troublés, cet ailleurs enfoui dont les bribes émergent fugitivement de nos mémoires, ces lendemains incertains…
Un monde en suspens entre minéral, végétal, organique, un regard sur le minuscule redimensionné, sur la place de l’humain conscient de sa finitude.
Des ermitages, confinements volontaires dans d’improbables architectures, dispositifs à rêver, à imaginer, à être, à penser.
Pour ainsi dire, cette sorte de cabinet de curiosités où la trace, le signe, le fragment, suggèrent une réalité autre.

La ville de Malzéville a maintenu l’exposition de Françoise Chamagne prévue en avril 2021.
Cependant, les nouvelles mesures gouvernementales ne nous permettent pas d’ouvrir les portes de La Douëra.
Qu’à cela ne tienne…
Nous vous invitons à plonger virtuellement au cœur de l’exposition de Françoise Chamagne
en cliquant sur ce lien : https://my.matterport.com/show/?m=9gEErLmBZGS

la Douêra, 2 rue du Lion d'Or 54220 Malzéville
La Douëra est une demeure orientaliste d’inspiration mozarabe qui renferme trois salons au décor inspiré de l’Orient. Son allure de petite mosquée cairote fut le souhait du peintre et archéologue Charles Cournault (1815-1904), élève de Delacroix qui voyagea en Algérie vers 1840. La ville de Malzéville (près de Nancy) qui en est l’actuel propriétaire, en a fait un centre culturel où y sont présentées des expositions, des concerts…

L E S   L I C H E N S

 Une belle histoire d’amour : Il résulte de la symbiose entre un champignon et des algues unicellulaires. Le premier fournit l’abri, l’eau et les sels minéraux aux secondes qui le ravitaillent en sucre qu’elles produisent par photosynthèse.

Le lichen est partout : sur les bâtiments, les roches, les arbres, les sols, dans les déserts de sable comme de glace. Il me fascine pour l’extraordinaire diversité de couleurs, de textures, de reliefs, de motifs qui lui sont propres : 20 000 espèces de lichens ont été identifiées comme autant de combinaisons improbables.

Utilisé pendant des siècles comme nourriture ou comme médicament, pour les teintures ou les parfums, il a suivi l’histoire des hommes.

Il est un bel exemple de cohabitation et d’adaptation et une source d’inspiration infinie.

Peintures, volumes en feutre végétal, bois ou plexiglas, du microcosme au macrocosme les formes s’imbriquent, se roulent, se déroulent, se recomposent dans l’espace, au sol et sur les murs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *